Une rentrée à saveur de Covid…

Vivre une rentrée sereine malgré la pandémie

Les enfants vivent cette année une rentrée bien particulière. Comment peut-on les soutenir? 

Capture d’écran 2020-08-20 à 15.07.08

À chaque année, il y a des enfants et des adolescents pour qui la rentrée scolaire est plus difficile et chez qui ça génère stress et anxiété. Cette année, avec les mesures particulières mises en place pour faire face à la pandémie, la charge émotive risque d’être encore plus plus élevée et ce, pour une large part d, entre eux. 

Or, les enfants ont souvent bien du mal à identifier et exprimer ce qui se passe à l’intérieur d’eux, surtout dans le cas d’anxiété. 

Ce qui risque alors de se produire c’est: 

  • Symptômes physiques (maux de tête, de ventre, vomissements pour certains) 
  • Problèmes de sommeil
  • Perte d’appétit
  • Irritabilité et sautes d’humeur
  • Agitation ou apathie
  • 1000 questions
  • Isolement ou recherche intense de proximité avec ses parents 

La plupart des enfants vont s’adapter assez rapidement au nouveau contexte scolaire et les « symptômes » disparaitrons progressivement au bout de 3 à 4 semaines. Pour d’autres, ce sera plus long et ils auront davantage besoin de support. Mais justement, que peut-on faire pour aider les enfants à mieux vivre cette période? 

1- Ecouter: Leur demander comment ils entrevoient la rentrée, s’il y a des choses qui les inquiètent ou qui les dérangent et les écouter avec empathie, même si ça vous parait démesuré ou banal. Éviter de leur couper la parole pour les rassurer ou les raisonner.

2- Informer: Plus l’enfant sera familier avec ce qui l’attend, plus il se sentira en contrôle de la situation. Donc l’informer sur les mesures et nouvelles règles scolaires (peut-être même faire des mises en situations),  l’informer sur sa classe, son enseignant, etc. On peut aussi s’entraîner au port du masque et à la distanciation à travers le jeu. 

3- Installer un climat rassurant à la maison: Les enfants sont extrêmement sensibles à l’ambiance générale et ont une antenne pour décoder les sentiments des adultes. S’ils vous sentent stressé ou en désaccord avec les façons de faire de l’école, ils risquent davantage de se rebeller ou de se sentir anxieux. 

Tentez de dédramatiser la situation et d’avoir un discours positif face aux mesures d’hygiène, au masque et à l’école en général. Installez également rapidement une routine stable pour les matins et les soirées de semaine. Généralement c’est très rassurant pour les enfants. 

4- Ajoutez de la légèreté: Assurez-vous de continuer à avoir du plaisir en famille: faire des blagues, jouer dehors, mettre de la musique d’ambiance, acheter des masques rigolos, etc. 

5- Soyez indulgents: Sans tolérer l’inacceptable, évitez de mettre une pression supplémentaire sur l’enfant en multipliant les règles, les attentes, les reproches et les punitions. Rappelez-vous que tout devrait rentrer dans l’ordre très bientôt.

Si l’anxiété perdure au delà de 4 semaines ou si les symptômes semblent très envahissants, n’hésitez pas à consulter. Bien des écoles fournissent des services aux élèves, sinon informez-vous auprès de votre CIUSS ou consultez un intervenant dans une clinique privée. (psychologue, psychoéducateur ou coach familial)