Refaire sa vie après une séparation sans sacrifier les enfants

Les affres et les joies de la recomposition familiale

SOS NancyHa! L’amour! L’amour est aveugle dit-on!  Après l’échec d’une première union, les gens, en particulier s’ils sont parents, sont généralement prudents, voire un peu méfiants avant de se laisser entraîner à nouveau dans l’aventure amoureuse. Mais le cœur a ses raisons… Malgré les blessures laissées par la fin de la précédente relation, on rencontre un jour une personne merveilleuse, qui nous donne envie d’y croire, de former un couple de nouveau, une nouvelle famille peut-être.

Vient généralement ensuite une sorte de lune de miel pendant laquelle chacun se découvre, entre en contact avec les enfants de l’autre. On se met alors à faire des activités familiales, on s’apprivoise, puis on parle un jour de cohabitation. C’est la grande aventure et quelle aventure! Malgré notre enthousiasme, on forme toujours une équipe parentale avec l’ex-conjoint qui ne réagit pas forcément bien à ce nouveau bouleversement. Les figures d’autorité se multiplient et les risques de mésentente sur l’éducation des enfants augmentent. Que peut-on faire pour mettre toutes les chances de notre côté et favoriser le bien-être de chacun ?

Prendre tout son  temps : Afin d’éviter de présenter successivement plusieurs conquêtes à vos enfants, attendez d’être plutôt confiant de vouloir vous engager dans la relation avant d’impliquer les enfants.  On ne peut jamais être certain qu’une relation va durer pour toujours, mais, au-delà des sentiments amoureux que vous éprouvez, il importe de prendre un peu de recul et de se demander si cette relation est viable compte tenu de votre réalité de parent et de vos personnalités respectives. L’amour est magnifique quand il nous envahis, mais pourquoi chambouler la vie de vos enfants si vous savez pertinemment que cette relation est vouée à l’échec ?

Ne soyez également pas trop pressé de présenter votre nouvel amour à la marmaille. Laissez-leur le temps de se faire à l’idée. Commencez par dire aux enfants que vous avez rencontré quelqu’un qui vous plait et que vous envisagez fréquenter. Attention au ton et aux mots que vous utiliserez : vous ne devez pas avoir l’air de leur annoncer une mauvaise nouvelle ! En même temps, un trop grand enthousiasme de votre part pourrait éveiller en eux des sentiments de jalousie. Utilisez le même ton que si vous aviez fait la rencontre d’une personne qui risque de devenir votre ami.

S’ils réagissent mal, ne vous mettez pas sur la défensive. Écoutez et accueillez leurs émotions et tentez de décoder leurs inquiétudes. Ont-ils peur que cette personne prenne la place de leur autre parent ? Craignent-ils de perdre votre amour ? Penses-t-ils qu’ils devront déménager à court terme ? Laissez-leur tout l’espace nécessaire pour s’exprimer et tentez de les rassurer sans dramatiser. Prévenez aussi votre ex afin d’éviter qu’il ou elle n’apprenne la nouvelle via les enfants et ne réagisse mal devant eux. En effet, si l’enfant voit son parent pleurer à l’annonce de l’arrivée d’une nouvelle personne dans la vie de son autre parent, il risque de détester instantanément cet intrus.

Attendez ensuite quelque temps avant de leur présenter votre nouvelle flamme. En attendant, cherchez à éveiller leur intérêt et leur curiosité en parlant (de temps à autre et non sans arrêt !) de cette personne aux enfants, en leur montrant des photos et en disant qu’elle a bien hâte de les rencontrer.

imagesCAPG8M18Pour le premier contact, prévoyez une très courte activité qui permettra à chacun de s’apprivoiser sans être trop engageante. Évitez le souper officiel avec dodo chez l’autre. Vous pourriez, par exemple, pratiquer ensemble une courte activité sportive, faire un pique-nique ou aller au cinéma. Assurez-vous simplement que la rencontre se déroule dans un contexte de plaisir et exempt de stress. Si chacun a des enfants, il peut être pertinent de faire les présentations en deux temps : le copain ou la copine d’abord, ensuite les enfants. Au début, faites également attention à ne pas imposer la présence de votre nouvelle flamme trop fréquemment et ne négligez pas de passer aussi du temps seul avec vos enfants.

N’espérez pas le coup de foudre ! Laissez à chacun le temps de s’apprivoiser : Si vous êtes devenue instantanément amoureux de cette personne, il se peut que vos enfants aient besoin d’un peu plus de temps que vous avant de voir toutes ses qualités… et celles de sa marmaille !

Dans le même ordre d’idée, n’impliquez pas trop rapidement votre amoureux (se) dans les interventions du quotidien. Il(elle) doit créer doucement un lien significatif  avec chacun des enfants à travers le plaisir et sans se mêler trop de leur éducation puis, progressivement, devenir un(e) conseiller(ère) auprès d’eux et intervenir sur de petites choses du quotidien. Les grosses décisions et les interventions importantes telles que les conséquences et punitions doivent continuer d’être la responsabilité des parents et le beau-parent devrait éviter de s’en mêler.

Clarifier les attentes : Bien qu’en début de relation on veuille généralement éviter de mettre trop de pression à l’autre, il vous faudra, assez rapidement, avoir une conversation avec votre nouveau partenaire concernant ses attentes, les vôtres et son rôle dans la vie de vos enfants. Vérifiez d’abord qu’il comprend et accepte que vous avez des enfants que vous chérissez et dont vous devez vous occuper et un(e) ex avec qui vous devrez toujours faire équipe pour le bien des enfants. Les enfants et l’ex font partie du « deal », et les besoins (non les caprices) des enfants vont toujours être prioritaires à tout le reste. Est-ce que votre amoureux est prêt à composer avec cela ?

Clarifiez aussi, assez tôt dans la relation, son rôle de belle-mère ou de beau-père et quelle place vous désirez qu’il ou elle prenne dans la vie de vos enfants : jusqu’à quel point souhaitez-vous que l’autre s’implique dans les décisions concernant les enfants ? Souhaitez-vous le voir intervenir devant les comportements inappropriés des enfants ? Si oui, lesquels ? Quelle relation souhaitez-vous qu’ils établissent ?

Selon l’âge des enfants, il peut aussi s’avérer intéressant d’avoir une discussion ouverte afin d’exprimer les attentes de chacun face à cette nouvelle situation. Qu’attendez-vous, exactement, de vos enfants, lorsqu’ils sont en présence de votre nouvel amoureux et de ses enfants ? Eux, comment espèrent-ils que la situation se vive ? Quelles sont leurs attentes envers vous ? Envers l’autre personne ? Une discussion franche et ouverte peut vous éviter bien des frustrations par la suite.

Quelques pièges à éviter

  • Mettre vos enfants en cage : Ne tombez pas dans le piège de tellement espérer que votre nouvel amour aime vos enfants que vous les assommez, avant la rencontre, d’une tonne de consignes et restrictions pour ensuite passer votre temps à intervenir sur des peccadilles. Bien entendu, vous pouvez émettre quelques consignes et attentes avant le grand moment, mais éviter de mettre trop de pression à vos enfants qui risqueraient alors de se conduire encore plus mal en raison du stress.   Vous ne terminerez pas leur éducation en une soirée et votre amoureux doit accepter que des enfants ne se conduisent pas toujours parfaitement. Il doit vous aimer, tous, tel que vous êtes car tôt ou tard, le vernis s’écaillera et vos enfants et vous-même retrouverez votre naturel.
  • Éveiller la jalousie : Évitez les grandes démonstrations d’affection devant les enfants au début de la relation et évitez d’en faire trop pour montrer a quel point votre nouvelle flamme est extraordinaire.  Si vous parlez de lui ou d’elle sans arrêt avec les yeux remplis d’étoiles, vos enfants pourraient penser que quelqu’un manigance afin de voler votre amour. Alors, assurez-vous de donner à vos enfants leur juste ration d’affection et de mots d’amour avant de couvrir votre douce moitié de baisers enflammés.
  • Trop pour être aimé des enfants du conjoint : Bien qu’il soit de votre devoir d’apprivoiser les enfants de votre conjoint, éviter de multiplier les efforts pour en faire vos alliés. Nul besoin de les couvrir de cadeaux, de faire le clown ou d’adopter un ton mielleux. Contentez-vous d’être vous-même, d’être gentil, patient et de simplement vous intéresser à eux. Et ne vous en faite pas si le courant ne passe pas tout de suite, ni même s’ils vous rejettent au départ. Laissez le temps aux enfants de constater que vous n’êtes pas un rival et permettez-vous de vous apprivoiser les uns les autres.

Quelques questions à se poser avant d’aller habiter ensemble

Face à soi-même :

  • Est-ce que j’ai envie de jouer le rôle de beau-père ou belle-mère avec ses enfants? 
  • Suis-je prêt à laisser mon conjoint jouer un rôle dans l’éducation de mes enfants?

Face au nouveau conjoint :  

  • Cette personne aime-t-elle mes enfants ? 
  • Est-ce qu’elle sera un bon modèle pour mes enfants ? 
  • Semblez-vous avoir des valeurs éducatives semblables ?  
  • Est-ce que je me vois, à long terme, avec cette personne et est-ce que je m’imagine partager le quotidien avec lui ou elle?
  • Quels sont les éléments qui risquent de créer des tensions dans notre couple?
  • Quelles sont nos forces, les ressources qui nous permettrons de surmonter les écueils ?
  • Avons-nous sensiblement les mêmes valeurs face à l’éducation des enfants?
  • Est-ce que j’aime sa façon d’être un père ou une mère?

Face aux enfants :

  • Est-ce que j’aime ses enfants et est-ce que je me vois bien partager le quotidien avec eux?
  • Suis-je prêt à les accepter tels qu’ils sont, sans chercher à refaire leur éducation d’un bout à l’autre?
  • Est-ce que mes enfants sont prêts à partager le quotidien de mon conjoint et de ses enfants?
  • Est-ce que les enfants s’entendent bien entre eux généralement?
  • Est-ce que mes enfants ont une bonne capacité d’adaptation?
  • Est-ce que l’âge, les besoins ou les spécificités de chacun de vos enfants seront des obstacles à votre relation ? 
  • En additionnant vos enfants et les siens, est-ce que le portrait vous plaît toujours?

Finalement, rappelez-vous que vous avez choisi ce nouveau partenaire, eux non. Et se voir imposer une nouvelle famille, un nouveau milieu de vie et de nouvelles règles représente souvent un bouleversement majeur qu’ils sont en droit d’appréhender.  Mais, en bout de ligne, bien que des ajustements et quelques secousses soient à prévoir, la recomposition familiale peut toutefois s’avérer une formidable et enrichissante pour toute la famille.
mo_9782761942614Cet article est tiré du livre: La famille une sacrée entreprise, paru aux éditions de l’homme. Ce livre est un collectif d’écriture auquel j’ai participé avec plusieurs collègues.